eBook une introduction

eBook livre électronique

J’ai toujours cru au livre électronique ou numérique et j’avoue ne pas me sentir concernée par les combats destinés à « sauver » le livre papier, qui me semblent plus du XIXè siècle que du XXIè. Je regrette l’attitude de certains éditeurs français, qui me semblent scier la branche sur laquelle ils sont assis. je suis toujours choquée de voir comment certains s’accrochent à leurs acquis au détriment des intérêts du plus grand nombre.

Je ne me sentais pas non plus concernée par les débats sur les débuts de l’internet. Les dieux savent pourtant que j’en ai entendu des dénégations : « Ça ne marchera jamais, c’est un gadget, ça ne sert à rien, je ne vois ce que j’y ferai, etc ». J’ai laissé dire, chacun a le droit de penser ce qu’il veut, mais j’ai aussi le droit de choisir le monde dans lequel je me sens à l’aise.

La suite m’a donné raison. Alors je continue ma route en pionnière, elle me convient.

Je ne vais pas entrer dans les polémiques car j’y perdrai un temps trop précieux.

Ce que je vois dans l’eBook, c’est qu’il va permettre à des gens qui n’ont pas assez d’argent pour acheter des livres d’y avoir accès, de nombreux pays n’ayant pas les moyens d’accéder à la culture vont pouvoir en bénéficier. Pas tout de suite certes mais la vague est déferlante sur la planète.

Le livre électronique est un support dématérialisé mais lourd de contenu, quand je vois les trésors, enfin accessibles dans ma campagne profonde, disponibles gratuitement dans le Gutemberg Project ou la Bibliotheca Gallica.

Ce qui ne m’empêche pas de relire les bons vieux livres de ma bibliothèque personnelle. Et cette évolution technologique donnera encore plus de prix à nos vrais livres.

Pour essayer l’eBook :

http://epub-ebooks.net/sample/10864/aquamarine-67

http://ebooks-francais.com/sample/10864/aquamarine-67

http://www.smashwords.com/books/view/10864

© gaelle kermen 2010

Publicités