Combat Nº 7421 Samedi 25 et Dimanche 26 Mai 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Une interview exclusive d’André Barjonet

Combat_25-26_mai

NON !

LE CHEF DE L’ÉTAT DEMANDE À LA NATION DE LUI DONNER PAR RÉFÉRENDUM « UN MANDAT POUR LA RÉNOVATION »


SI LA RÉPONSE EST NON IL SE RETIRERA

LA CONSULTATION AURA LIEU EN JUIN

  • Le général de Gaulle promet, sans en préciser le contenu des réformes de structures « partout où il le faut »
  • Les syndicats accueillent mal les propos du Chef de l’État
  • M. Mendès-France : « Un plébiscite, cela ne se discute pas, cela se combat »

L’émeute a gagné hier la rive droite : 50 000 jeunes dans la rue

LES POINTS CHAUDS ONT ÉTÉ : LA GARE DE LYON, LA BOURSE, L’OPÉRA, LA RUE DE RIVOLI.

  • La manifestation s’est prolongée au Quartier Latin.
  • Violentes barrages à Lyon : un commissaire de police est tué.
  • Le mouvement fondamental de révolte a échappé aux syndicats et aux partis qui tentaient de le récupérer : répondant à l’appel des organisations d’étudiants, des dizaines de milliers de jeunes, étudiants et travailleurs, ont convergé en fin d’après-midi des portes de Paris vers la Gare de Lyon.
  • Empêchés de gagner la Bastille, ils se sont violemment opposés aux forces de la police dans la Rue de Lyon. L’émeute s’est étendue dans la nuit jusqu’à la Rue de Rivoli et au Quartier Latin.
  • Les propos du Chef de l’État ne peuvent qu’étendre et aggraver la révolte dans les jours qui viennent.
  • Dans l’après-midi les militants de la CGT ont calmement défilé sur les deux rives de la Seine.
  • A Lyon, des milliers d’étudiants et d’ouvriers se sont violemment opposés aux forces de l’ordre : un commissaire de police à été tué.

Première rencontre « au sommet » gouvernement-syndicats cet après-midi

M. POMPIDOU SOUHAITE AU MOINS UN ACCORD SUR LA SUITE DES DISCUSSIONS

M. Pompidou n’aura pas attendu l’allocution du Chef de l’État pour lancer son invitation de négociation aux syndicats qui l’ont immédiatement acceptée (…)
La négociation s’annonce difficile. La CGT a réaffirmé jeudi sa volonté de contraindre le patronat et le gouvernement à céder. La CFDT quant à elle va demander d’entrée de jeu des engagements précis sur l’abrogation des ordonnances et sur les libertés syndicales. Elles trouveront en face d’elles un patronat décidé à ne pas augmenter la charge salariale dans des proportions telles que les prix atteindraient un niveau qui ne seraient pas compétitif.
Mais on a de bonnes raisons de penser que ce gouvernement est disposé à de larges concessions. L’essentiel pour lui est de rétablir l’ordre, c’est-à-dire venir à bout des grèves et de se maintenir au pouvoir jusqu’à la date du référendum.


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 23 mai 2018

Blog auteur : gaellekermen.net

Extrait de Des pavés à la plage, Mai 68 vu par une jeune fille de la Sorbonne

Combat Nº 7420 Vendredi 24 Mai 1968

Journal de Paris devise : « de la Résistance à la Révolution »

Combat_24_mai

LA JOURNÉE-CLÉ

  • De l’ampleur de la manifestation de ce soir dépend l’évolution de la situation
  • A 20 heures à la T.V. de Gaulle va menacer, apaiser et promettre
  • Dans toute la France les paysans manifestent leur inquiétude devant les échéances européennes

Extrait de l’éditorial

A l’heure où sont écrites ces lignes, on ne connaît pas encore le bilan des violentes manifestations qui ont éclaté hier soir au Quartier Latin. Si elles ont atteint ensuite l’ampleur que l’on sait, et si de nombreux étudiants s’y sont joints, ce n’est pas pour répondre à un mot d’ordre. Les dirigeants étudiants et enseignants qui ne portent aucune initiative de cette nouvelle émeute, désiraient garder toutes leurs forces pour la manifestation de ce soir, dont la signification est précise. Les incidents survenus la nuit dernière risquent de compromettre la grande démonstration à laquelle se préparent l’UNEF, le SNE-Sup et les comités d’action. Ceux qui en redoutaient l’ampleur, c’est-à-dire le gouvernement et la CGT, auront de bonnes raisons de se féliciter d’un contretemps aussi opportun. (…)
Nous disions hier que l’évolution de la situation dépendait désormais de la rue. La CGT n’accepte pas, pas plus que le gouvernement, que tout dépende de la rue. Alors, cet après-midi, elle va chercher à dominer la rue pour étouffer les forces qui la gênent, et qui sont l’expression de la contestation la plus authentique et la plus généreuse. (…)
Peut-être en viendront-ils à bout dans l’immédiat, tant est puissante la conspiration de l’ordre établi. Mais la poussée de cette révolte est désormais irrésistible, et elle mènera à de nouveau et plus dramatiques affrontements qui chaque fois éroderont un peu plus la société en place.
Le mouvement est désormais engagé. Le discours du général de Gaulle, ce soir, ne le freinera pas. Les mots qu’il emploiera ne sonneront pas aux oreilles de la jeunesse. De toutes façons, il ne comprend pas ce qu’elle veut. Il ne l’a jamais compris. Et la réponse qu’il lui donne depuis quelques jours ne fait que la séparer un peu plus de la société qu’elle conteste.
Philippe TESSON


Étudiants et jeunes travailleurs se rassemblent à 18 h 30

à Stalingrad, à la Porte des Lilas, à la Porte de Montreuil, à la Place Clichy d’où ils convergeront vers la gare de Lyon

La CGT appelle de son côté la population à manifester sa solidarité avec les grévistes : à Paris cet après-midi défilé de la place Balard à Austerlitz et de la Bastille au boulevard Hausmann


Émeute spontanée et violente hier au Quartier Latin

Les dirigeants étudiants et enseignants n’ont pris aucune part à son initiative

  • La CFDT se dit solidaire des étudiants et prête à coordonner son action avec l’UNEF.
  • M. André Barjonet, l’un des dirigeants de la CGT, démissionne.
  • Cohn)Bendit annonce son intention de forcer la frontière cet après-midi à Strasbourg.

(Extrait) A DE GAULLE par Maurice Clavel

« Le mouvement de notre jeunesse, et particulièrement de ceux qu’on appelle les enragés ou trublions, est spirituellement magnifique. Il rend l’espoir à notre pays et à d’autres. Pour ma part, j’y retrouve à peu près ce qu’avait rêvé la jeune résistance française – communiste comprise, en dehors de l’appareil stalinien. Et voici qu’aujourd’hui mes élèves de philosophie, les meilleurs, les plus pensifs, ont lutté sur les barricades. Voici que le désordre a quelque chose de constructif et de prometteur. Voilà pourquoi le mot chienlit, s’il est vrai que le général de Gaulle l’a prononcé, est un crime contre lui-même.
Un crime et une sottise. Si le général de Gaulle fait tout pour briser l’hégémonie américaine, comment peut-il refuser que la jeunesse française se révolte de toute sa générosité contre la société américaine, source, substance et but de cette hégémonie ? Comment a-t-il pu, lui, que l’on pouvait croire d’essence spirituelle, nous imposer ce monde et ce genre de vie matérialiste, aliénant, désespérant ? Il y a là une sorte de péché contre l’esprit, que le sursaut de notre jeunesse rachète, aux yeux de notre histoire future. » (…)


Gaelle Kermen, Kerantorec, le 22 mai 2018