Isle of Wight 1970 : dimanche 30 août au matin

Isle of Wight 1970 : dimanche 30 août au matin

Extraits du carnet de voyage du mois d’août 1970 tenu par Gaelle Kermen au cours du Festival Isle of Wight 1970 à paraître dans les cahiers 1970. Photographies de Jacques Morpain.


Personnages :
Gaelle Kermen, étudiante à la fac de Vincennes Paris-8, diariste, 24 ans,
son petit frère Bruno, 12 ans
son cousin Jacques Morpain, étudiant à la fac de Paris-Dauphine, photographe, 23 ans

Texte de Gaelle Kermen (1970)
Photographies de Jacques Morpain (1970)

Tout a été pris sur le vif, sans censure, tel que le festival a été vécu, en direct.


île de wight dimanche 30 août 1970 au matin

vers 6 heures je suis éveillée par cette voix étrange qui dissipe rauquement les brouillards sur la colline sur la campagne sur la mer
c’est mélanie
la petite mélanie seule en scène avec juste une guitare
elle est très loin et pourtant très proche

en bas les corps sont toujours étendus entre les feux épars

ici sur la colline des têtes ébouriffées sortent des sacs de couchage des bustes se redressent et applaudissent ce matin trop beau

mélanie qui lance sa voix vers le ciel

mélanie presque fragile qui casse sa voix pour mieux l’insinuer entre les dernières brumes entre les dernières fumées des derniers feux qui se rallument les uns après les autres

mélanie qui éveille la colline et les champs là-bas jusqu’à la mer immense

mélanie étrange et délicate qui  d’un coup de baguette magique laisse deviner le soleil derrière la colline

mais c’est déjà fini

elle a disparu

à sa place un disque des beatles he comes the sun
mais avec mélanie le soleil était plus émouvant et plus grandiose

le disque continue avec le cri d’un coq pour nous réveiller
good morning
les anglais ont toujours le sens de l’humour

de l’autre côté de la colline l’herbe s’étend doucement en terrain de golf jusqu’aux falaises qui dominent la mer

le soleil a jailli d’entre les nuages en un cercle de feu parfait et tout est beau parmi les ordures qui jonchent le terrain

j’ai tout effacé
moi qui ne supporte plus la crasse
en m’asseyant sur une motte de terre cernée de boites de conserve vides de bouteilles et de sacs en papier déchirés et tout et tout
j’oubliais tout
fascinée par mélanie et le spectacle qu’elle avait fait surgir au petit matin du dimanche

IMG288

IMG290


IMG286


vers 9h nouveau réveil

les gens sont restés dans l’arène depuis la fin de l’entertainment et c’est bien normal puisque mélanie a fini de chanter à 7 heures on ne voit pas très bien pourquoi ils s’en iraient ça devrait être musique ininterrompue

mais il y a un problème de billets
les organisateurs avaient peur qu’ils ressortent revendre leurs billets aux nouveaux arrivants après s’être fait mettre une marque sur la main à la sortie réservée à ceux qui ont déjà un billet
c’était un peu compliqué et les organisateurs avaient de plus en plus peur de perdre de l’argent

ils en avaient déjà perdu la voix à force de demander
please please will you go out

comme personne ne bouge une nana propose que tous ceux qui étaient dans l’enceinte brûlent leur billet

ils deviennent mesquins ces organisateurs

les grands arguments dégringolent
on veut créer un new world et on n’est même pas capable de rester en paix
le monde entier nous regarde

on nous fait ce chantage de la paix et de l’amour chaque fois que les organisateurs ont peur de ne pas rentrer dans leurs frais

si vous ne délogez pas de la colline on arrête le festival

si vous ne sortez pas de l’arène on arrête le festival

je me rendors


Texte : Gaelle Kermen – Crédit photos : Jacques Morpain 1970
en mémoire de Bruno le Doze (10/11/1957-10/09/1997) page hommage 1997
ACD Carpe Diem 2017

 

Isle of Wight 1970 : samedi 29 août

Isle of Wight 1970 : samedi 29 août

Extraits du carnet de voyage du mois d’août 1970 tenu par Gaelle Kermen au cours du Festival Isle of Wight 1970 à paraître dans les cahiers 1970.


Personnages :
Gaelle Kermen, étudiante à la fac de Vincennes Paris-8, diariste, 24 ans,
son petit frère Bruno, 12 ans
son cousin Jacques Morpain, étudiant à la fac de Paris-Dauphine, photographe, 23 ans

Texte de Gaelle Kermen (1970)
Photographies de Jacques Morpain (1970)

Tout a été pris sur le vif, sans censure, tel que le festival a été vécu, en direct.


île de wight samedi 29 août 1970

c’est très beau cette colline sertie de feux de camp avec la mer au loin en vibration

bien sûr l’air s’est rafraîchi tout est humide il a fait trop beau dans la journée mais nous dormons à la belle étoile

juste éveillée parce que je reconnaissais dylan dans days of 49 qui résonnait étrangement dans la nuit

c’était un disque il était 4h30

IMG279


au réveil nous voyons sortir de la tente voisine notre cousin gaby et son copain jean-pierre nous avons dormi à deux mètres d’eux

IoW70-dimanche matin - 01


disques toute la matinée


enfin vers midi et demi john sebastian est annoncé

tout le monde est debout bras levés
puis on se donne la main
une gigue effrénée démarre
ça a de la gueule vu de haut

john sebastian arrive aussi beau qu’à woodstock et nous souhaite un good morning dans cette isle of wight
ce qu’il chante est bien gentil mais je n’en raffole pas
à woodstock il avait joui du fait que juste avant lui on avait annoncé la naissance d’un bébé alors il avait enchaîné sa chanson sur les bébés les papas et cetera
ici il chante plusieurs airs connus ça chauffe un peu il essaie de faire chanter mais il n’a pas la chaleur d’un pete seeger pour entraîner les foules
ça reste mièvre


l’arène se remplit
dans un cercle quelques voitures bizarres évoluent entre le buggy et la soucoupe volante surmontées d’antennes s’agitant au rythme de leurs déplacements


il y a des drapeaux américains soviétiques anarchistes
la croix gammée des hells angels voisine avec the jesus revolution
tout coexiste
sans encore vraiment copuler

IoW70-samedi - 01

IoW70-samedi - 02

IoW70-samedi - 04

IMG270


sur la colline l’ambiance monte avec le vent

sur cette colline c’est un monde à part qui s’organise

IoW70-samedi - 06

on voit passer des types avec des branchages
il y a une grande activité chez les hillbillies

IoW70-dimanche matin - 03

incroyable l’imagination des gens pour se loger

IMG326

les premiers arrivés au festival dès mercredi avaient pu se servir des bottes de paille autour de l’enceinte de tôle et s’étaient construit de véritables petits hôtels avec appartements indépendants
sur les portes en carton ou en toile chiffonnée on lisait les prénoms des heureux occupants

IMG323

sur la colline on se sert surtout des buissons et des plaques de la palissade qui eut le mauvais goût de longer le sommet de la colline pour empêcher les hillbillies de descendre à la plage bien sûr elle a été démontée et réemployée

IoW70-dimanche matin - 04

 

IoW70-samedi - 09


les chanteurs défilent l’après-midi dans le soleil

joni mitchell fait un beau succès
les anglais l’adorent
en france elle est beaucoup moins connue

longue robe jaune safran de moine bouddhiste
longs cheveux blonds sur guitare

voix belle bien modulée
mais un peu décevante sans vrai tonus

après joni mitchell on a droit à tiny tim affreux petit mec remuant délirant et désopilant
voix dingue en réminiscences des vieux disques de 1925
il met enfin une touche hilarante dans ce festival où les gens ont presque tous tendance à se prendre au sérieux
il nous arrache des éclats de rire malgré nous
très enlevé il passe des rythmes de graine de violence à ceux des années trente de rock and roll the clock à alexander band rag time
tout y passe même down by the river
enfin l’ambiance chauffe et c’est pour l’instant le meilleur moment
on se demande où il va chercher sa voix il semble ne pas se fatiguer il peut changer n’importe quoi et ça marche à fond
tout le monde tape dans les mains debout
on s’attend même à l’entendre chanter god save the queen


miles davis
j’accroche moins

ou je m’endors déjà



quelques airs de country western en entracte
gigue et polka ça marche toujours pour mettre de l’ambiance


mungo jerry commence avec in the summer time
ça marche très fort puisque c’est le tube de l’été

beaucoup de monde maintenant dans la nuit douce
on se sent proches

des feux s’allument

IMG281

les gens de l’île viennent de l’autre côté de la colline en famille pour assister de haut au spectacle

 


et les voilà
les ten years after
tant attendus en merveilleux échos de batterie roulant de la colline à la mer
that’s great

il y a eu aussi les doors et les who très bons

mais tard dans la nuit
et je crois que j’ai dormi

la nuit est belle
pas humide comme la dernière

IMG277


Crédit photos : Jacques Morpain 1970
en mémoire de Bruno le Doze (10/11/1957-10/09/1997)
ACD Carpe Diem 2017

 

Isle of Wight 1970 : vendredi 28 août après-midi

Isle of Wight 1970 : vendredi 28 août après-midi

Extraits du carnet de voyage du mois d’août 1970 tenu par Gaelle Kermen au cours du Festival Isle of Wight 1970 à paraître dans les cahiers 1970.


Personnages :
Gaelle Kermen, étudiante à la fac de Vincennes Paris-8, diariste, 24 ans,
son petit frère Bruno, 12 ans
son cousin Jacques Morpain, étudiant à la fac de Paris-Dauphine, photographe, 23 ans

Texte de Gaelle Kermen (1970)
Photographies de Jacques Morpain (1970)

Tout a été pris sur le vif, tel que le festival a été vécu, en direct.


vendredi 28 août 1970

île de wight vendredi fin d’après-midi

le bus a traversé la campagne ensoleillée de l’île et nous a dégueulés au milieu d’un immense camp de tôles

première surprise dans la chaleur de la poussière les terrains de camping sont dégueulasses les tentes nagent dans les détritus les boites de coke de whitney ou de beans éventrées sont jetées là sur place après usage les journaux déchirés
tout et n’importe quoi

à un endroit près de l’entrée la pisse qui descend des chiottes fait une mare de boue
les toilettes sont sommaires mais nombreuses
l’an dernier il paraît qu’il n’y en avait qu’une demi-douzaine et ça faisait des kilomètres de queue
elles sont préfabriquées ça ressemble à un jeu de meccano précaire une plaque de tôle avec un trou au milieu et dessous des tranchées
un peu le système que j’ai connu à l’arche de lanza del vasto aux camps d’été
ça engraisse le terrain
dans trois jours il suffira de remettre la terre
il n’y a pas de porte ce qui file une constipation monumentale aux milliers de personnes venues au festival parce que comme disent certaines non on peut vraiment pas chier devant tout le monde

plus grave est le manque de sanitaires
en tout une dizaine de robinets dont seuls les deux premiers daignent déverser de quoi se laver une dent creuse
après on se plaindra que les jeunes sont sales
que les hippies surtout sont sales
parce qu’il suffit d’être venu ici pour avoir droit à l’étiquette hippie

comment les anglais si habitués à ne jamais rien laisser tomber à terre puisqu’ils risquent chaque fois une amende de 10 livres comment ont-ils fait de cet endroit une immense poubelle alors que le festival commence à peine

nulle part je n’ai vu de poubelles
il aurait pourtant été simple de placer à endroits réguliers des litters vidées chaque matin
ce n’était pas le cas

IoW70-samedi - 03

IoW70-vendredi - 5


une seule solution pour ne pas mourir étouffé dans ce champ d’ordures
monter vers l’air pur de la colline
là-haut on avisera

nous avons longé un couloir d’arbres baptisé desolation row d’après le titre d’une très belle chanson de bob dylan

ça sent un peu le haschich par endroit mais beaucoup moins qu’on ne s’y attendrait

les bosquets ont été aménagés en véritables appartements protégés par des tôles
ça ne manque pas la tôle dans la région

apparemment c’est derrière ces palissages de tôles grises décorées de slogans contre la reine contre les flics contre le fric que se déroule le festival

IoW70-samedi - 07


sur la colline on respire un peu mieux et surtout on entend très bien
le vent est bon et nous porte merveilleusement tous les sons

la campagne s’étend jusqu’à la mer
la colline est émaillée de tentes
en bas c’est la foule concentrée dans la tôle

IoW70-vendredi - 2

IoW70-vendredi - 1

 un type a pris le micro
il gueule en anglais contre les flics les flics qui sont là entre les deux rangées de tôle qui cernent la prairie du festival il gueule contre l’exploitation qu’on fait de nous sous prétexte de musique

bravo camarade pas normal de devoir payer 3 pounds pour la paix et l’amour

le type est un français qui parle bien l’anglais c’est jean-jacques lebel
on l’appelait le pape des happenings vers les années soixante-cinq il occupait anarchiquement l’odéon et la sorbonne au mois de mai soixante-huit et depuis il itinère entre les facs de nanterre et vincennes

il n’a pas tort
c’est gênant de voir en bas les bobbies avec des chiens policiers
les tôles ça fait camp de concentration
pour les anglais ce sont de simples palissages
pour les français ça devient tout de suite des barricades donc quelque chose à foutre en l’air

hier il y a eu de la bagarre
les organisateurs ont voulu virer les types installés sur la colline parce que ça leur faisait perdre de l’argent

je remarque une chose
tout à l’heure en bas on n’entendait rien du tout
on se demandait même si le festival était commencé
mais ici sur la colline on entend très bien
et au moins on respire

pourquoi irions-nous prendre un ticket
ça devrait être gratuit un festival de pop music puisqu’au départ pop voulait dire popular je crois
les temps changent puisque joan baez a demandé 12 000 livres de cachet
pas mal pour une militante non-violente
je veux bien croire que le lait guigoz du bébé gabriel coûte cher et que le mari david a besoin de petits mandats pour améliorer son ordinaire entre les grèves de la faim dans ses prisons successives
quand même on parle beaucoup trop d’argent ici
dommage

notre première surprise en descendant du bateau a été de constater que le train était gratuit
pour une seule station il est vrai
après dans le car on s’est dit c’est trop beau pour que ça continue
en effet le ticket était à 6 shillings
dans les boutiques le fish and chips est à 3 shillings en temps normal c’est moitié moins
autour de l’arène de tôle on ne trouve rien à moins de 2 shillings et c’est dérisoirement mince

un type a expliqué pourquoi on ne pouvait pas faire autrement que de mettre le tarif du ticket à 3 pounds mais je n’ai pas compris et il a dit enfin
let’s make place to the music sit down

la musique c’est un disque des beatles let it be qui résonne mieux que l’orchestre précédent
on attend quand même autre chose

les gens ici ne m’étonnent pas
ce sont ceux que je rencontrais aux marches de la paix à la belle époque beatnik


près de nous sur la colline ça s’organise
une douzaine de types et de nanas plus deux chiens se sont installés dans une tranchée
sur un feu une bouilloire pour le thé ils sont bien équipés ils ont des haches des pelles et tout

IoW70-vendredi - 4

le soleil descend très lentement le long de la colline
on domine
on pourrait même méditer
ils ont dit la même chose de nietzsche à kerouac en passant par miller
les hillbillies


c’est formidable de penser qu’on a trois jours devant soi au soleil sur la colline à se noyer de musique
trois jours à oser être soi-même


IoW70-vendredi - 6
les chiens et les policiers entre les deux palissades de tôle

20h30 environ ça y est ça semble commencer
les lumières cernent le parc
un gros projecteur est même braqué sur la colline pour prévenir les troubles
ce qui me permet au moins de prendre des notes dans mon carnet de voyage

le podium s’est allumé pour chicago

le soleil s’est perdu
la nuit est tombée
humide

en bas le festival ressemble à un grand bateau sur la mer
de temps en temps des fusées de feu d’artifice strient le ciel entre les étoiles

la musique
rien de génial encore

on est remontés pour se coucher après avoir mangé un morceau en bas

IoW70-samedi - 13


Texte : Gaelle Kermen – Crédit photos : Jacques Morpain 1970
en mémoire de Bruno le Doze (10/11/1957-10/09/1997) page hommage 1997
ACD Carpe Diem 2017

 

il y a cinquante ans : bob dylan a l olympia

Début du cahier #3 Le soleil dans l’oeil 1966-68

bob dylan on stage olympia 66

dylan2

freefallin’

c’était le jour de son anniversaire

Robert Zimmerman venait d’avoir quel âge c’est très simple il est né le 24 mai 1941 à Duluth Minnesota tout le monde savait ça
donc aujourd’hui c’était le 24 mai 1966 il avait 25 ans et tout le poids d’un monde croulait déjà sur ses épaules étriquées
il devait chanter le soir même
l’histoire se passait à paris
pour être exact sur la scène de l’olympia

je n’ai jamais rien vu de plus gracieux que bob dylan sur la scène
ces longs gestes des bras dans l’air
ces entrechats ébauchés
ces sourires fragiles et cette chevelure frissonnante
son corps mince et ondulant sous la musique

desolation row
la recréation permanente de ses chansons sur la scène nous déconcertait tant
nous qui avions l’habitude d’entendre d’autres accords
c’était facile de dire qu’il n’était pas à sa hauteur sur une scène
mais il était plus fort que nous plus génial que tout
seulement il n’a pas de cadres
et nous nous en créons par faiblesse ou facilité

il caressait son harmonica languissamment nonchalamment passionnément soudain comme on caresse comme on embrasse une femme
ces reprises qui arrachent le cœur
bob dylan assis au piano
ballad of a thin man
and something is happening here but you don’t know what it is
do you mister jones
le piano les accords plaqués avec fureur et désespérance
dylan trépignant comme un gosse qui a envie de casser son jouet parce qu’on lui avait promis un bonbon ou un chou à la crème et qu’il ne l’a pas eu
criant dans le micro son écœurement de ne pas pouvoir croire les autres
ceux qui parlent ceux qui promettent ceux qui sont sûrs d’eux et de ce qu’ils disent
un truc contre l’olympia porno et putain contre coquatrix contre hugues auffray et les autres
tous ceux qui étaient venus le voir l’entendre comme on va au cirque sans comprendre
il est vrai que
the circus is in town
payer pour assister à une chute libre
ce n’était plus bob dylan’s freewheelin’ mais bob dylan’s freefallin’

il y a des gens comme ça qui se détruisent systématiquement avec une ténacité lubrique
n’est-ce pas jean-françois ou michel cournot
ou même moi

il y a des gens qui font tout ce qu’ils peuvent pour se faire détester en embêtant farouchement les autres tout ce qu’ils peuvent pour se faire foutre à la porte sous prétexte de sélectionner les gens intéressants mais en espérant jusqu’au bout qu’on les gardera et qu’on finira pas les aimer
mais des gens comme ça c’est gênant c’est crispant ça vous use en un rien de temps ça vous tue même parfois alors on les fout à la porte et après ils trainent leur désespoir et gémissent sur eux-mêmes mais ils refusent de se mettre à la hauteur des gens
ça s’appelle ne pas faire de concessions

bob dylan devant le micro
ses copains complices derrière lui
dylan debout les jambes emmêlées
un bras en l’air
il parle de moto
the motorcycle black madonna

c’est beau une moto

il saute comme un gamin
il tressaute dans les vibrations et nous on sursaute parce qu’on ne comprend pas
il gueule et dégueule
on n’entend rien
il pousse la sono au maximum et il se marre
il s’amuse tout seul ou se raconte des histoires assez marrantes qu’il confie à son adorable petit minet de guitariste qui se marre avec lui

nous on n’est plus dans le coup
on n’est plus là
qu’est-ce qu’on fout là
on aurait dû aller ailleurs ou manger un couscous dix couscous soixante mille couscous plutôt que d’assister à la chute apocalyptique d’un pantin désarticulé

on aurait dû aller se coucher plutôt que de subir les claques délirantes d’un type qui ne dit plus rien qu’est presque raté d’ailleurs il est drogué alors

et la râlance ma jolie comme m’a écrit michel cournot qu’est-ce que ça vaut

bob dylan c’est grand c’est ample c’est toujours aussi beau ça reste toujours plus haut que la râlance mesquine

bon dylan il a tout à dire
et il dit tout
mais pas ici
pas devant ces gens qui ne peuvent pas suivre ni saisir parce qu’ils n’ont jamais été concernés
pas devant ces gens qui ont payé entre quatre mille anciennes balles et plus dont toi ma jolie entre autres et c’est bien fait pour nous y avait qu’à pas faire ça

lui il s’en moque il est plus grand que nous
bob dylan c’est grand comme une cathédrale comme une forêt comme un océan
c’est ample comme le vent de la mer bien sûr
bob dylan même dans la chute ça a du souffle
dylan c’est aussi grand que du wagner et aussi beau que du beethoven
d’ailleurs tenir une scène avec une telle silhouette fuyante presque éphémère
il faut pouvoir le faire

l’intangible de dylan
on croit le suivre le saisir
déjà il est plus loin
il se donne à autre chose
il est un pas en avant
un ton plus haut
il fuit avec un clin d’œil et se cache derrière un pied de nez

oh et puis zut à la fin c’est obsessionnel
j’aime bob dylan depuis un an
je n’ai jamais aimé quelqu’un si longtemps

malin ça

j’ai encore l’impression de flotter sur ses vibrations électriques du concert de l’olympia
ses accords déchirants cernent ma tête et m’entraînent
sooner or later one of us must know
quoi je ne sais pas
où je n’en sais rien
mais c’est là évident
incompréhensible

et très grand

dylan délirant et déchirant incisif et acéré

Notes sur le concert du 24 mai 1966 à Paris, salle de l’Olympia, retranscrite cinquante ans plus sur ce blog

Bon anniversaire, Maître Dylan !

gaelle kermen
kerantorec, 24 mai 2016

Un article écrit sur mon site perso le 24 mai 1998

CoverSoleil
Sur Amazon

crepe-party au pot de fer pour la chandeleur 67

***
vendredi soir deux février 1967
crêpe-party au Pot de Fer pour la Chandeleur

De Aquamarine67

Marine à la terrasse du Buci, photo de Jacques Morpain, 1967

pas mal de monde dont beaucoup que nous ne connaissons pas comme d’habitude quand Marianne invite
en début de soirée j’ai ouvert la porte à Marianne qui arrivait avec des amis du Buci
derrière elle une fille
ainsi que
mais dans l’ombre du palier où n’arrive jamais la lumière je le reconnais
mais je vous ai vu déjà
il n’y a pas très longtemps
oui dans la rue
devant la Chope
j’achetais le Monde
c’est fantastic
il a dit c’est fantastic avec cet accent tonique à peine amerloque
sur la deuxième syllabe
qui est-il
Marianne a fait sommairement les présentations en bafouillant avec son charme bien à elle
Brendan est américain d’origine irlandaise comme son nom l’indique il fait une thèse à la Sorbonne vous vous êtes peut-être vus là-bas
Marine est bretonne toute mignonne elle fait de jolies robes et elle a des tas de pensées dans sa petite tête
Marianne savait toujours mettre les gens en contact et en valeur

il y avait au moins trente personnes assises par terre et sur le lit dans l’espace restreint du Pot de Fer
à manger des crêpes
bien sûr pour le folklore deux ou trois pseudo-beatniks plus ou moins beurrés ou camés
l’autre qui était l’autre mais j’oubliais déjà mon récent boy-friend petit bourgeois que ma robe courte gênait et qui ne pouvait s’empêcher de tirer sur l’ourlet comme si ça avait quelque importance
Brendan s’est assis par terre le dos contre un côté de l’armoire calme les mains ouvertes sur les genoux
yeux très bleu irlandais
il a dit aujourd’hui c’est mon anniversaire de naissance
le 2 février le jour de la Présentation du Seigneur au Temple
vingt-sept ans aujourd’hui
aquarius être de l’air pur et de la fraternité à partir des sources initiatiques
si j’ai bien compris ce premier soir il était à Paris depuis trois ans pour faire une thèse d’Université sur l’ascèse de l’esprit à la Sorbonne
à Paris Brendan cherchait Dieu
quand j’étais gosse en Bretagne au catéchisme j’avais appris que Dieu est partout et en tous lieux
Brendan cherchait Dieu dans les rues dans les visages rencontrés ou en lui-même
maîtrise de soi
recherche de Dieu
quand je lui ai parlé de l’Arche de Lanza del Vasto il a dit
il faut que j’aille là-bas

cette fascination qu’il exerçait déjà sur tous
même quand il se taisait
parce qu’il parlait peu Brendan
et toujours avec douceur
cette fascination qu’il exerçait déjà sur tous
au-delà des apparences
il était différent
ses vêtements
qu’avaient ses vêtements de si particulier
un peu fatigués peut-être dans la pénombre du Pot de Fer
son bonnet de laine il l’avait posé en haut de l’armoire où il est resté des mois dans l’épaisse poussière oubliée

quand je me suis réveillée le lendemain matin j’ai su que quelqu’un était venu à notre rencontre
quelque chose d’autre dans nos vies dans ma vie
un signe peut-être

***
Marianne le connaissait depuis pas mal de temps comme elle connaissait tous les américains de passage à Paris entre Montparnasse et Saint-Germain entre la Coupole et le Buci suivant certains itinéraires empruntés par Fitzgerald Hemingway ou Miller
Brendan elle ne s’était pas contentée de le rencontrer du côté de la Seine elle l’avait retrouvé l’été dernier chez des amis communs à Mikonos elle avait aussi dû partager la même chambre au fond du jardin dans l’île
Brendan étudiait le zen et passait ses journées en méditation sur des dessins ésotériques
Marianne avait le droit de faire la bouffe le ménage et surtout de se taire
beaucoup de problèmes Brendan disait Marianne qui s’y connaissait en problèmes à l’époque il était complètement fou en crise grave
après Mikonos ils s’étaient perdus de vue la bouffe le ménage le silence et les petits dessins zen c’était trop pour Marianne elle savait seulement qu’il était resté huit jours à Délos seul huit jours et huit nuits sur les plages désertes de Délos
puis elle l’avait retrouvé vers le Buci ou la Contrescarpe et hier elle avait pensé qu’il irait très bien dans le cadre du Pot de Fer qu’il nous manquait ce genre d’échantillon sociologique pour parfaire nos Pot-de-Fer-parties on avait eu pas mal de peintres poètes musiciens et tout et tout mais jamais encore de mystiques

Anne avait déjà rencontré Brendan un soir d’hiver à la Chope avec Marianne elle avait été impressionnée en apprenant qu’il avait passé huit jours seul à Délos son rêve

après le départ d’Anne Brendan avait demandé à Marianne
avec son sale accent du sud

est-ce qu’on peut baiser avec elle

mais comme disait Marianne qui s’y connaissait
beaucoup de problèmes avec les nanas Brendan

© gaelle kermen 2011

Extrait de Aquamarine 67 de Gaelle Kermen

aquamarine67 ready for ipad by smashwords

La sortie de l’iPad est prévue pour demain, samedi 3 avril.

Apple iPad Store product-wifi © Apple
Apple iPad Store product-wifi

L’iPad a reçu beaucoup de moqueries, genre « bah il n’a même pas de prise usb ! », qui m’ont rappelé celles qui avaient accueilli le premier iMac en 1998, genre « bah il n’a même pas de lecteur de disquettes ! ». Qui utilise encore les disquettes ?

Malgré ça, l’iPad avant sa sortie a déjà changé les comportements, et toutes les grosses entreprises ont prévu d’y être. Même Amazon, concurrent direct, sort son application Kindle pour être lue sur l’iPad. Même Adobe, dont le Flash est méprisé, développe pour l’iPad.

Sauf les éditeurs français qui boycottent Google, Amazon et Apple, au lieu de négocier !!!

Moi, dans mon coin, tranquille, au fond des landes et des bois, je me suis dit que c’était le moment de publier mes écrits sur ce support, sans attendre que des éditeurs français sortent de leur torpeur et comprennent que c’est maintenant qu’il faut prendre la mer.

J’ai trouvé un éditeur californien, qui a tout mis en route, tout est prêt pour la sortie de l’iPad…

Mon premier roman de jeunesse est déjà disponible sur Smashwords :

De Aquamarine67

Book : Aquamarine 67
Author : Gaelle Kermen (gaellekermen)
Publisher : Smashwords Inc.
Published : 2010-03-10
ISBN : 978-1-4523-0101-3
ISBN assigned : 2010-03-28

1 avril 2010 : examen par Apple pour l’expédition sur l’iBook Store

Et je pense déjà à tous mes Cahiers, ceux de chantier et de jardin notamment, que je vais pouvoir publier, avec des illustrations, au format ePub.

Que de projets en perspective !
J’aime vraiment ça !!!

PS 3 avril : Aquamarine 67 is shipped on iPad !
mais impossible de le voir sur le catalogue US à partir de la France.
On peut toujours le trouver sur :
http://www.smashwords.com/books/view/10864
© gaelle kermen 2010